mardi 21 avril 2015

Sac de voyage

Après une longue pause, je me remets doucement à la couture. Et quoi de plus adequat qu'un sac ? C'est rapide à faire et on peut laisser cours à une créativité sans limite. Bon en ce qui me concerne, rien de très revolutionnaire. Déjà  parce que j'ai utilisé le modèle du sac week end mis au point par M comme marie, ensuite parce que je voulais qu'il soit simple. J'ai utilisé les chutes des rideaux de ma belle soeur et acheté un joli coupon pour la doublure.


Je n'ai suivi le patron que pour le patron. le sac n'est pas entoilé et je n'ai pas suivi le processus que je ne comprenais pas. je m'y suis prise comme pour une robe : un exterieur et un interieur que j'ai rassemblé. J'ai rajouté une poche devant avec une finition au biais pour y ranger une revue. L'originalité est donnée par la fermeture metallique que j'ai posé directement sur le tissu.


Elle est dorée pour rappeler le biais. J'ai fait un rappel de celui ci au bout de la glissière. Quelques coutures sont également surpiquées avec du fil à jean jaune.

La doublure est un très joli coton à chevron moutarde et blanc cassé. J'ai craqué sur ce tissu dont j'ai fait le centre de la création. 



Au total j'ai passé une apres midi à le faire. Le coût a été de 27e. 
Il est grand et pratique, bref c'est un sac à faire.

A bientôt 

2 commentaires:

Mélanie / Fugitiva a dit…

Très joli sac, je trouve juste dommage de faire de la publicité pour un tuto dont la propriété intellectuelle semble très discutable, puisqu'il a été enlevé par "l'auteur". Bien cordialement,
Mélanie

Bérangère Lampion a dit…

Je ne considère pas que je fais pas de publicité pour sa société ni pour une autre d'ailleurs. Bien au contraire, il me semble que nous devons mentionner nos sources même celles suspectées de plagiat. En effet, s'il y a plagiat de ce modèle de sac ou d'autres patrons de cette marque, je pense que le meilleur moyen pour que justice se fasse est que les auteurs déposent plainte. Seuls eux ont la légitimité d'enclencher la machine. Et en ce qui nous concerne, nous consommatrices, il n'y a qu'en mentionnant nos sources que les juges pourront apprécier l'ampleur du préjudice causé.

Mais merci pour ton commentaire.